Pourquoi un blog?

Ce n’est pas mon premier blog. J’en avais déjà eu un, WordPress également, il y a déjà longtemps. J’avais une adresse Web (tristan.landry.com) qui disait déjà toute l’«égocentricité» du projet. Avec ce nouveau blog, je ne veux pas tant avoir une vitrine sur moi-même dans le Web qu’un outil supplémentaire pour écrire. Il est très agréable d’écrire dans WordPress: l’interface est élégante et intuitive. On peut enregistrer le brouillon sans souci. Et s’imposer la discipline de rédiger un article aux deux semaines est une façon efficace de pratiquer l’écriture. Comme un sport, l’écriture doit être pratiquée sur une base régulière si l’on ne veut pas rouiller. En écrivant fréquemment on acquiert une fluidité et on évite de rester paralysée devant la page blanche. Écrire, c’est beaucoup comme cuisiner. En cuisinant souvent, on devient efficace et fluide dans ses mouvements; on ne répète plus les erreurs de débutant. J’écris d’ailleurs cet article entre deux projets culinaires, qui impliquent de «mettre la saison en bocal». J’ai fait récemment une sauce fermentée de piments forts qui ont poussé sur ma galerie. C’est fort simple: il suffit de mettre des piments et de l’ail dans un bol, avec une saumure à 2% et un peu de jus de choucroute comme ferment. Dans un mois, vous aurez la meilleure sauce forte, sans additifs, bio, avec en plus les bienfaits de la fermentation. J’ai aussi fait un bocal de 4l de choucroute. Chaque fois que j’en fait, je suis surpris de la simplicité du processus. Triturer du chou avec du sel, puis mettre en bocal. Simple, et pourtant l’art de la fermentation implique le temps: une plus-value alchimique qui transforme un simple chou en une choucroute aux arômes subtils de champagne… Mais revenons au blog. Il ne s’agit pas non plus d’écrire pour écrire. Je donnerai dans les prochains articles des recettes tirées de mes recherches pour la saison qui s’achève et la récolte qu’elle a donnée.

Piments d’Espelette qui ont poussé sur ma galerie cet été

Leave a Comment